Skip to main content

Facebook menace de quitter l'Europe

Meta a averti que Facebook allait quitter l'Europe, en mettant également fin aux opérations de Whatsapp et d'Instagram dans l'UE, si l'entreprise n'est pas autorisée à stocker les données personnelles des citoyens de l'UE aux États-Unis, rapporte iTWire. La déclaration, enfouie profondément dans le dossier annuel de Meta pour la Commission américaine des valeurs mobilières et des changes (SEC), a souligné les craintes que les règlements stricts du GDPR protégeant les données personnelles inhibent les opérations commerciales et les revenus de Meta.

Meta a écrit dans le rapport : "Si nous ne sommes pas en mesure de transférer des données entre et parmi les pays et régions dans lesquels nous opérons, ou si nous sommes restreints dans le partage de données entre nos produits et services, cela pourrait affecter notre capacité à fournir nos services, la manière dont nous fournissons nos services ou notre capacité à cibler les publicités".

Les législateurs européens ne sont pas impressionnés par l'avertissement de Meta

La menace de Meta a été rapidement balayée par les politiciens européens. "Après avoir été piraté, j'ai vécu sans Facebook et Twitter pendant quatre ans et la vie a été fantastique", a déclaré le vice-chancelier allemand Robert Habeck lors d'une conférence de presse lundi.

Ce sentiment a été partagé par le ministre français des finances, Bruno Le Maire, qui a déclaré lors du même événement : "Je peux confirmer que la vie est très bonne sans Facebook et que nous vivrions très bien sans Facebook".

La guerre de la confidentialité des données entre l'UE et les États-Unis se poursuit

La déclaration de Meta est une nouvelle offensive dans la guerre du droit à la vie privée entre l'Europe et les États-Unis. Elle est emblématique de la frustration ressentie par les entreprises technologiques américaines qui travaillent sans aucun traité bilatéral régissant les transferts de données entre l'UE et les États-Unis. Les données personnelles sont vitales pour les publicités en ligne qui génèrent la plupart des revenus de Meta, et les cadres supervisant le transfert de données depuis l'Europe sont maintenant en plein désarroi. L'affaire Schrems II, jugée par l'UE en juillet 2020, est à l'origine de ce désarroi : le Privacy Shield, l'accord bilatéral d'exportation de données entre l'UE et les États-Unis, ne protège pas suffisamment les droits des citoyens de l'UE en matière de données, tels qu'établis par le GDPR. Au cœur de cette situation se trouve la friction entre les droits des citoyens de l'UE en matière de confidentialité des données et les lois de surveillance invasives des États-Unis. Et, alors que l'UE et les États-Unis ont entamé des négociations sur un bouclier de protection de la vie privée de remplacement, un accord semble peu probable dans un avenir prévisible. Pour en savoir plus sur la déclarationde Meta, voir https://itwire.com/listed-tech/meta-threatens-to-pull-facebook-and-instagram-from-europe-if-it-can-t-target-ads.html.