Skip to main content

L'organisme irlandais de surveillance de la confidentialité des données intensifie les inquiétudes des grandes entreprises technologiques

    Au cours d'un mois qui a vu l'Autriche, la France et la Norvège annoncer que Google Analytics n'était pas considéré comme conforme à la GDPR, l'Irlande est le dernier pays en date à être mêlé à l'escalade du débat.

    Le médiateur européen, Emily O'Reilly, a ouvert une enquête concernant l'incapacité de la Commission européenne (CE) à agir contre l'État irlandais en matière de conformité au GDPR.

    Cette décision fait suite à des plaintes déposées par le Conseil irlandais des libertés civiles(ICCL) concernant la manière dont la Commission irlandaise de protection des données (DPC) a traité les plaintes pour atteinte à la vie privée.

    L'ICCL, qui a longtemps été un fervent détracteur de la DPC, affirme que 98 % des principales plaintes pour violation de la vie privée ne sont pas traitées, ce que la DPC nie.

    Le nœud du débat est le suivant : alors que l'ICCL et d'autres organisations affirment que la conformité au GDPR en Irlande est gravement insuffisante, la Commission européenne semble estimer que les preuves ne sont pas suffisantes.

    Tout cela découle du fait que plusieurs grandes entreprises technologiques ont leur siège européen à Dublin et que l'Irlande, et le DPC, sont donc devenus le régulateur de facto de leurs activités de traitement des données sur tout le continent en vertu de la règle du "guichet unique" du GDPR.

    Les décisions du CPD ont toutefois été lentes à venir, ce qui a donné lieu à de nombreuses critiques sur leur gestion de ce qui devient un sujet de débat de plus en plus important.

    Plus d'informations sur ce sujet => https://www.irishtimes.com/business/technology/emily-o-reilly-opens-inquiry-into-european-commission-policing-of-gdpr-in-ireland-1.4798907