Skip to main content

L'impact du GDPR sur les médias sociaux - Tout ce que vous devez savoir

Le GDPR exige que les entreprises donnent systématiquement la priorité à la protection des données personnelles des consommateurs de l'UE dans leurs opérations et procédures. Dans cet article, vous pouvez tout apprendre sur l'impact du GDPR sur les médias sociaux. Les médias sociaux étant une forme clé de communication directe entre les entreprises et les consommateurs, les spécialistes du marketing doivent s'efforcer de comprendre les implications du GDPR concernant cette arme stratégique.

Qu'est-ce que les médias sociaux ?

Les médias sociaux - pour tous ceux qui se sont cachés sous un rocher en Corée du Nord ces 15 dernières années - désignent les plateformes en ligne où les gens partagent des idées et des informations.

Parmi les principaux acteurs de ce secteur figurent Facebook, YouTube, WhatsApp et TikTok.

Il y a 3,6 milliards d'utilisateurs actifs de médias sociaux dans le monde, ce qui signifie qu'ils représentent près de la moitié de la population mondiale. Ce nombre devrait passer à 4,4 milliards d'ici 2025 (Statista). La richesse des données personnelles fournies par ces utilisateurs fait de ces plateformes l'un des outils marketing les plus efficaces pour les entreprises.

En 2020, les dépenses en publicités sur les médias sociaux ont atteint 132 milliards de dollars et le total devrait dépasser la barre des 200 milliards de dollars au cours des deux prochaines années (Statista).

Quelles sont les implications du GDPR pour les spécialistes du marketing des médias sociaux ?

Le Règlement général sur la protection des données (RGPD ) est une loi de l'Union européenne qui est entrée en vigueur en 2018. Elle est construite autour de la protection des données personnelles des citoyens et résidents de l'UE.

La loi n'a aucune incidence sur les personnes qui utilisent les médias sociaux pour des raisons purement personnelles. Elle s'applique plutôt à l'utilisation des médias sociaux à titre professionnel et empêche le traitement, le stockage ou le partage des données personnelles sans le consentement du propriétaire.

Le règlement s'applique à toute entreprise dans le monde qui détient des données personnelles sur des citoyens et des résidents de l'UE, qu'elle soit basée ou non dans l'Union.

Respecter les droits des citoyens et des résidents de l'UE en matière de données

La législation européenne protège huit droits fondamentaux des utilisateurs en ligne concernant leurs données personnelles en ligne :

  1. Le droit à l'information
  2. le droit d'accès
  3. le droit de rectification
  4. le droit d'effacement
  5. Le droit à la restriction du traitement
  6. Droit à la portabilité des données
  7. Droit d'opposition
  8. le droit d'éviter la prise de décision automatisée.

La responsabilité d'une entreprise de respecter ces huit droits fondamentaux s'étend aux données de ses utilisateurs de médias sociaux, c'est-à-dire à tout ce qui permet d'identifier un utilisateur, comme les noms, les dates de naissance, les cookies de navigation et les pixels de suivi.

Il existe également une "catégorie spéciale" de données qui nécessite un niveau de protection plus élevé, comme les informations sur la race, l'origine ethnique et la religion.

Le consentement est essentiel

Il est essentiel que les consommateurs de l'UE consentent explicitement à la manière dont ces données sont collectées, stockées et utilisées, ainsi qu'à leur transfert à des tiers. Les spécialistes du marketing des médias sociaux exigent depuis longtemps le consentement des utilisateurs avant de collecter et d'utiliser leurs données, mais cette exigence est désormais plus stricte en vertu du GDPR.Heureusement, le consentement et l'utilisation des données sont depuis longtemps couverts efficacement par les conditions générales et les avis de confidentialité des plateformes de médias sociaux. Le consentement étant déjà en place, le GDPR a eu un effet moins direct sur le marketing des médias sociaux que dans d'autres parties du secteur.Cela signifie que le marketing organique sur les médias sociaux est largement épargné par la réglementation GDPR, car la publication de contenu et l'engagement des utilisateurs ne nécessitent pas la collecte de données personnelles. Il n'y a pas non plus de problème avec les données entièrement anonymes - le simple suivi de choses comme le nombre de followers ou le taux d'engagement ne pose donc pas de problème. En ce qui concerne les médias sociaux et le GDPR, le problème se pose lorsque vous extrayez des données personnelles de la plateforme pour les stocker ailleurs dans votre entreprise, ou lorsque vous l'utilisez pour générer et collecter des données en échange de l'accès à un téléchargement, par exemple.

Principaux domaines d'application du GDPR pour les spécialistes du marketing des médias sociaux

Le remarketing (ou reciblage) permet aux entreprises de créer des publicités qui suivent les visiteurs de leur site Web sur les plateformes de médias sociaux qu'ils utilisent, grâce à un pixel qui les identifie comme des visiteurs précédents de votre site Web (ou d'une page spécifique de celui-ci). Ces informations font du remarketing un outil marketing efficace, mais la législation GDPR exige désormais que les consommateurs consentent explicitement à l'utilisation de leurs données pour de telles activités. Si vous ciblez les consommateurs de l'UE, vous devez obtenir un consentement explicite lorsque vous utilisez des données personnelles - y compris le suivi des utilisateurs - et vous devez divulguer la conformité au GDPR à chaque étape de votre entonnoir de marketing. Cela ajoutera naturellement des étapes supplémentaires aux campagnes de marketing et signifie que certains des prospects générés disparaîtront inévitablement. Il sera également plus difficile de commercialiser auprès des utilisateurs de médias sociaux qui ont visité votre site Web par le passé. 2. Oblige les utilisateurs de médias sociaux à accepter votre avis de confidentialité Lorsque vous faites de la publicité pour générer des leads sur les médias sociaux, vous devrez vous assurer que tout formulaire de capture de données comporte un avertissement approprié et un lien vers l'avis de confidentialité, sans case pré-cochée pour obtenir le consentement.

En outre, en vertu du GDPR, les visiteurs d'une page de renvoi sur les médias sociaux devront donner leur consentement deux fois - d'abord pour accepter votre avis de confidentialité et ensuite pour suivre votre appel à l'action. 3. Limite le suivi du comportement des utilisateurs L'analyse des médias sociaux est vitale pour le marketing, mais le GDPR limite désormais le suivi du comportement des utilisateurs des médias sociaux.

Si vous avez remarqué des différences dans les volumes de trafic sur votre site Web, notamment des chutes et des décalages de données, vous devrez tester vos opt-ins de cookies pour vous assurer que votre trafic sur les médias sociaux accepte les conditions.

Quelles sont les sanctions prévues par le GDPR en cas de non-conformité ?

Le GDPR impose des amendes sévères aux entreprises qui ne protègent pas correctement les données personnelles des citoyens européens, avec un système d'amendes à deux niveaux : Niveau 1 : jusqu'à 10 millions d'euros, ou 2 % du chiffre d'affaires annuel mondial de l'année précédente, le montant le plus élevé étant retenu Niveau 2 : jusqu'à 20 millions d'euros, ou 4 % du chiffre d'affaires annuel mondial de l'année précédente, le montant le plus élevé étant retenu.

  • Niveau 1 : jusqu'à 10 millions d'euros, ou 2 % des revenus annuels mondiaux de l'année précédente, le montant le plus élevé étant retenu.
  • Niveau 2 : jusqu'à 20 millions d'euros, ou 4% du chiffre d'affaires annuel mondial de l'année précédente, le montant le plus élevé étant retenu.

Ce que vous devez faire pour rester conforme au GDPR

Effectuez un audit interne Évaluez vos procédures et processus opérationnels concernant toutes les plateformes de médias sociaux utilisées.

Cartographiez le flux de données personnelles le long de ces canaux, afin de voir d'où elles proviennent et avec qui elles sont partagées.

Identifiez les données dont vous disposez sur les résidents actuels de l'UE et passez en revue les accords de service des tiers pour vous assurer de leur conformité au GDPR - y compris les photos des employés sur votre site web et vos canaux de médias sociaux. Assurer la "confidentialité dès la conception " Il s'agit d'un thème clé qui traverse le GDPR et qui signifie que vous devez planifier et décider comment les données personnelles peuvent transiter par votre entreprise de la manière la plus sûre possible. En pratique, cela signifie que les paramètres de confidentialité les plus stricts s'appliquent désormais à tout produit ou service de l'entreprise. Les informations personnelles ne doivent être collectées que lorsque cela est nécessaire et ne doivent être conservées que pendant la durée requise. Disposez d'un avis de confidentialité clair et concis Créez un avis de confidentialité facilement accessible, y compris votre politique en matière de médias sociaux, avec toutes les activités de marketing. Les utilisateurs comprendront ainsi ce qu'il advient de leurs données. Demandez l'autorisation à chaque étape du processus Obtenez un consentement explicite pour le traitement des données personnelles au moyen de formulaires d'adhésion facilement accessibles et rédigés dans un langage clair et simple.

Ces formulaires doivent être plus détaillés que par le passé, avec des informations sur les données collectées et les raisons pour lesquelles elles sont partagées. Ces formulaires doivent également être adaptés aux téléphones portables. N'oubliez pas que l'inactivité n'est pas synonyme de consentement ; les utilisateurs doivent prendre des mesures pour eux-mêmes. Vérifiez votre base juridique pour le traitement des données Les entreprises doivent être en mesure de justifier leur base juridique pour le traitement des données personnelles.

Elles doivent également disposer de systèmes permettant aux clients de demander la modification ou la suppression de leurs données personnelles - y compris leur transfert à une autre entreprise. Limitez la disponibilité des données des médias sociaux aux employés Établissez une politique d'entreprise qui informe les gens sur la gestion des médias sociaux et les règles entourant le GDPR.Cela devrait inclure la désignation d'employés spécifiques pour gérer les pages de médias sociaux afin d'empêcher tout accès non autorisé aux données personnelles, les logins n'étant pas partagés avec l'ensemble de votre personnel, ainsi que des règles empêchant l'utilisation de comptes de médias sociaux personnels pour les activités de l'entreprise. La politique relative aux médias sociaux devrait inclure les points suivants :

  • Risque de diffamation
  • Gestion de la réputation et de la marque
  • Traitement des commentaires négatifs
  • Surveillance des employés
  • Protection des informations sur les employés

Expliquez et justifiez votre intention concernant les données Les entreprises ne peuvent collecter et traiter des données que si elles disposent d'une base légale pour le faire.

Par conséquent, expliquez aux utilisateurs pourquoi votre entreprise a besoin de leurs données personnelles et à quelles fins elles seront utilisées.

Informez-les de tout processus mis en place après leur consentement initial. Vous devrez peut-être aussi mettre à jour votre avis sur les cookies. La conformité est une tâche permanente La conformité au GDPR peut être un processus exigeant en termes de temps et de ressources, mais le soin supplémentaire apporté à la protection des données personnelles est apprécié par les utilisateurs. L'adaptation de votre stratégie de marketing sur les médias sociaux est une occasion supplémentaire de renforcer la confiance avec les clients et d'attirer de meilleurs prospects. Le meilleur conseil est de se renseigner sur les nouvelles exigences du GDPR, de revoir les procédures de traitement des données de votre entreprise et de charger quelqu'un de continuer à tenir des registres de données conformes.